MarilyneRenaud

Le projet de résidence de Maryline Renaud s'inscrit dans l'ère du temps par son questionnement multidisciplinaire et social. D'un côté, elle questionne l'influence du mouvement sur la musique, par la danse ou par l'improvisation dirigée. De l'autre, elle offre un questionnement sororal par rapport au corps féminin, sa perception et son rapport à l'âge.

Avec une équipe formée de musiciennes et de comédiennes, Marilyne compte trouver réponses à certaines questions existentielles en faisant le rapprochement entre le théâtre et la musique à travers le mouvement corporelle, la voix et le son. Une œuvre féministe à l'image de sa créatrice aux influences éclectiques qui repousse les limites de l'interdisciplinarité.

  • Marilyne Renaud
    • Artiste multidisciplinaire
    • Composition
  • Marie-Pierre Brasset
    • Piano
    • Mentorat
  • Sara Létourneau
    • Machines et électroniques
    • Guitare
    • Voix
  • Isabelle Harvey
    • Violoncelle
  • Mélissa Labbé
    • Percussions

Biographie

Bachelière en arts de l’UQAC, Marilyne a participé à plusieurs projets en tant qu’assistante à la mise en scène et Directrice de production (Ogre, Mémoire d’un sablier à La Tortue Noire, Catatonie 2, Pièces montées, au Théâtre CRI, La Bonne aventure, Planète quel cirque 1 et 2 du Cirque équestre Ekasringa, Les Cérémonies d’Ouverture et de Clôture de la 52e finale des Jeux du Québec à Alma et Les Brigands de la société d’art lyrique du Royaume). Elle a d’ailleurs été chorégraphe pour cette même production ainsi que pour des productions indépendantes (Le Sar-cabaret, Beauté mécanique). Elle a fait partie d’un nombre important de productions théâtrales professionnelles en tant que comédienne et marionnettiste : Ogre (Théâtre La Tortue Noire), Une histoire dont le héros est un chameau et le sujet est la vie et Ulysse et Pénélope (Théâtre des amis de chiffon), Empire, La Marmite, On se casse les noisettes, L’assemblée des femmes, Nono (Théâtre 100 Masques), La Maison coupée en deux et On a pas toute la soirée (Les productions Jimmy Doucet).